navigation

Le névrome de Morton 2 février 2013

Posté par une podologue en gironde dans : pédicurie,podologie,posturologie,santé du pied , trackback

La maladie de Morton est tout à fait bénigne, mais très douloureuse.

Les principales concernées sont les femmes (huit à dix fois plus de cas que chez les hommes), tout simplement parce qu’elles sont plus nombreuses à succomber aux impératifs de la mode et à porter des chaussures trop étroites.

Pour bien comprendre la maladie de Morton, il faut se représenter l’anatomie du pied et le transfert de pressions lors de son « déroulé » sur le sol.

Des contraintes s’exercent sur les métatarses, c’est-à-dire les os longs du pied (au nombre de cinq) qui bougent les uns après les autres comme les touches d’un piano.

Le port de chaussures trop serrées ne permet pas ce mouvement de piston et comprime les petits coussins amortisseurs.

On enregistre alors des pics de pression, notamment au niveau des bourses séreuses qui peuvent facilement s’enflammer (bursite).

Parfois, l’inflammation se transmet au nerf interdigital.

C’est le Névrome de Morton.
Nous avons dit le risque de porter des chaussures trop étroites.

Mais la course à pied aussi est grande pourvoyeuse de ce type de lésions.

A l’effort le pied gonfle légèrement et on enregistre le même genre de surpression dans la chaussure. En général, le syndrome de Morton se déclare sournoisement.

Au début, on éprouve une sensation assez désagréable d’avoir un petit caillou coincé entre les doigts de pied. Ensuite la douleur s’intensifie et la douleur irradie jusque sur la face latérale des orteils.

A la longue, il arrive que l’on ressente une forme d’insensibilité ou d’endormissement des orteils (aussi appelée hypoesthésie).

Ces symptômes disparaissent au repos, pour reprendre de plus belle dès que l’on enfile ses baskets.

Lors de la visite chez le (la) podologue,  celui-ci essaiera de reproduire les douleurs ressenties à la marche en comprimant l’avant-pied et en palpant la jonction des orteils.

Le cas échéant, il notera la présence de cors ou autres signes de pression excessive.

L’échographie permet de bien distinguer les simples bursites et celles aggravées d’un névrome de Morton.

L’IRM montre clairement l’existence du kyste nerveux.

Pour un névrome de Morton, le médecin prescrit des semelles orthopédiques réalisées par un podologue ; elles produiront un écartement des métatarses en laissant le nerf interdigital au repos.

Cette méthode simplissime donne 80% de réussites. Pour les cas récalcitrants (20% tout de même), il est parfois nécessaire d’intervenir chirurgicalement et procéder à l’excision de la lésion.

La technique porte le nom de neurectomie.

Dans 90% des cas environ, elle permet une guérison définitive.

Alors attention à ne pas choisir vos chaussures de ville trop étroite et à ne pas lasser vos chaussures de jogging trop serrées.

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Fivette |
Adn51 |
Cours2mn |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Drmanzonorbert
| LES ENFANTS DU MUNC 18
| Lingzhi2daydiet