navigation

Les douleurs du pied chez l’adulte 10 février 2013

Posté par une podologue en gironde dans : pédicurie,podologie,posturologie,santé du pied , trackback

Pour mémoire, citons les causes évidentes souvent traumatiques (chutes, hématomes, entorses, blessures)
Les douleurs du pied peuvent être dues à une maladie générale comme le diabète (infections, atteintes nerveuses), l’alcoolisme, l’insuffisance veineuse (varices, paraphlébites et phlébites), l’artérite des membres inférieurs.
Ces maladies feront l’objet d’articles documentés et plus complets sur le blog.

Les tumeurs osseuses du pied, qu’elles soient bénignes ou malignes, primitives ou métastatiques : Le diagnostic sera fait par les radiographies voire par scintigraphie osseuse.
Les infections diverses suite à des traumatismes connus ou non (attention aux chaussures). Les mycoses plantaires et (ou) interdigitales qui donneront des démangeaisons et des sensations de brûlure. Le diagnostic est souvent évident.
L’algodystrophie, le plus souvent post-traumatique peut atteindre le pied.
La chondrocalcinose (voir notre article sur le sujet).
La goutte qui ne touche pas que le premier orteil.
Les rhumatismes inflammatoires peuvent toucher le pied. Les douleurs à prédominance nocturne et le contexte font facilement le diagnostic sauf si elles en sont le premier signe, ce qui n’est pas rare : Polyarthrite rhumatoïde (premier orteil souvent), spondylarthrite ankylosante (douleur du talon), rhumatisme psoriasique. On peut en rapprocher les maladies inflammatoires de l’intestin (Crohn, RCH) et les autres maladies de système.

La fracture de fatigue, elle peut toucher un métatarsien ou le calcanéum (maladie de Pauzat) et fait suite à une sollicitation inhabituelle (longue marche, sports intensifs). Le diagnostic est radiologique.

Les métatarsalgies statiques :
Ce terme barbare désigne les douleurs touchant la plante de l’avant-pied sous les articulations entre orteils et métatarsiens. Elles résultent d’un mauvais appui plantaire soit congénital soit acquis.
On peut distinguer :
*Le pied dit égyptien avec un gros orteil court qui associé à une surcharge pondérale et (ou) au port de chaussures trop pointues entraînent la formation de durillons sous les têtes des 2e, 3e et 4e métatarsiens
*Les déformations des orteils en griffes ou en marteau favoriseront la survenue de cors et durillons douloureux qui peuvent s’ulcérer, se surinfecter.
*Le pied en triangle de l’hallux valgus
*Un excès d’appui au niveau de la tête du 1er métatarsien avec un gros orteil trop long aboutira à une arthrose métatarso-phalangienne voire à un hallux rigidus.
* Les pieds creux donnent naissance à des durillons touchant toutes les têtes des métatarsiens. Ils peuvent, comme les pieds plats, donnaient des douleurs du talon.
Le traitement réunira soins de pédicure, des semelles orthopédiques visant à mettre en décharge les points d’appui douloureux, kinéthisithérapie et éventuellement la chirurgie.
* L’épine calcanéenne (aponévrosite plantaire) : c’est une calcification des aponévroses sous la plante du pied au niveau du talon, souvent associée à un surpoids. Elle donne des douleurs surtout à la marche (voir notre article sur le sujet).
Le syndrome trophostatique
Il nécessite un surpoids et se voit chez la femme de plus de 60 ans.

Il correspond à une surcharge la colonne interne du pied d’où affaissement de la partie interne du pied (pied plat).
Il donne des douleurs de la face supérieure et interne du pied (de la malléole au gros orteil)
Le traitement consiste en kinésithérapie pour empêcher l’enraidissement et en podologie la confection de semelles orthopédiques
La maladie (ou névralgie) de Morton :
Il s’agit d’un névrome (par hypertrophie) du 3e nerf interdigital plantaire.
La maladie touche en général une femme de 30 à 50 ans. Elle donne une douleur à type de brûlure ou d’éclair, lors de la marche, sous le 3e espace intermétatarsien, parfois le 2e espace. Ou peut provoquer la douleur par la pression du 3e espace interdigital plantaire ou par l’hyperextension forcée des orteils.
Le traitement podologique consiste en des semelles de décharge avec un appui en arrière des métatarso-phalangiennes.

On conseille aussi d’utiliser des chaussures larges, à semelles épaisses et légèrement rigides.

Le traitement médical
Les infiltrations de corticoïdes peuvent soulager mais temporairement.
En désespoir de cause on peut électrocoaguler (=destruction) ce nerf.

Les verrues plantaires (voir l‘article du blog).

 

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Fivette |
Adn51 |
Cours2mn |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Drmanzonorbert
| LES ENFANTS DU MUNC 18
| Lingzhi2daydiet